“ Une personne handicapée n’est pas forcément en fauteuil roulant “

“ Une personne handicapée n’est pas forcément en fauteuil roulant “
Valérie Vallée, Chargée de Mission Handicap
publié le 20 juin 2012

Leader mondial des services d’évaluation de conformité et de certification, Bureau Veritas aide ses clients à améliorer leurs performances, en offrant des services et des solutions innovantes pour s'assurer que leurs actifs, produits, infrastructures et processus répondent aux normes et réglementations relatives à la qualité, la santé, la sécurité, la protection de l’environnement et la responsabilité sociale. Bureau Veritas est reconnu et accrédité par les plus grands organismes nationaux et internationaux.

 

Pouvez-vous nous parler de la Mission Handicap du groupe Bureau Veritas ?

Nous avons signé une convention avec l’Agefiph en juillet 2010, sur 2 ans. La même année nous avons créé notre Mission Handicap, pour renforcer notre volonté d’engagement en faveur de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. A travers cette Mission Handicap nos actions principales sont :

  • Sensibiliser et accompagner l’ensemble des collaborateurs pour changer le regard de tous sur le handicap
  • Recruter et encourager l’intégration des personnes en situation de handicap
  • Favoriser le maintien dans l’emploi des collaborateurs
  • Augmenter notre collaboration avec des ESAT et EA

Suite à cette convention, nous souhaitons continuer les actions et signer un accord entreprise au sujet pour 2013.

 

Comment faites-vous pour maintenir l’emploi des travailleurs handicapés ?

Notre stratégie de maintien dans l’emploi se distingue sur deux axes principaux :

  • L’augmentation de notre taux de recrutement de travailleurs handicapés,
  • L’adaptation des postes de travail pour nos collaborateurs reconnus en situation de handicap.

La formation est également un facteur primordialau sein de Bureau Veritas afin de maintenir  l’emploi des collaborateursen situation de handicap.  Nos formations internes sont proposées à tous nos salariés, en situation de handicap ou non.

En ce qui concerne les aménagements d’horaires et de postes de travail, nous agissons en fonction des recommandations de la médecine du travail.  Nous travaillons régulièrement en collaboration avec les Sameth et des cabinets spécialisés, notamment pour les déficients visuels.

 

Quels types d’actions mettez-vous en place pour sensibiliser les salariés au handicap ?

Nous avons mis en place une campagne d’affichage sur tous nos établissements et nous diffusons un court métrage de témoignages de salariés en situation de handicap via notre intranet. Cela permet de donner une autre image des travailleurs handicapés au sein de l’entreprise.  Nous essayons de faire prendre conscience aux collaborateurs Bureau Veritas, qu’une personne handicapée n’est pas forcément en fauteuil roulant.

 

Avez-vous des difficultés à recruter des personnes en situation de handicap ?

Oui, car nous recevons essentiellement des candidatures administratives alors que nous recherchons surtout des profils techniques dans les domaines de l’énergie, de l’industrie, de l’environnement….

Pour améliorer la qualité de notre recrutement,  nous participons à des forums spécialisés etdes handicafés. Nous sommes également en collaboration avec les Cap Emploi et l’Agefiph.

 

Proposez-vous des postes en alternances ?

Développer notre réseau alternance est l’un des axes majeurs de notre politique de recrutement.

L’ensemble de nos postes en alternance sont ouverts aux personnes en situation de handicap, sous la forme de contrat d’apprentissage et de professionnalisation. Les offres concernent des profils de niveau BAC au BAC +5, sur des métiers techniques (électrotechnicien, électricien, inspecteur levage….)

 

Combien de personnes en situation de handicap avez-vous recrutées sur l’année 2011 et quelles sont vos prévisions pour l’année 2012 ?

Pour l’année 2011, nous avons recruté 21 personnes en situation de handicap. Notre objectif pour 2012 est d’améliorer notre taux de recrutement.

 

 

 

 

Propos recueillis par Olivier Angelini