"Le Centre Etre Handicap, un dispositif à pérenniser"

"Le Centre Etre Handicap, un dispositif à pérenniser"
Sandrine Casenave, Chargée de mission Diversité
publié le 13 décembre 2011

Depuis 2008, le Centre Etre Handicap (CEH) développé par Siemens a accueilli plus de 95 stagiaires en situation de handicap au sein de l’entreprise. Siemens entend ainsi favoriser la réinsertion professionnelle de personnes handicapées ou accidentées de la vie qui passent entre ses murs. Depuis quelques mois, le CEH est en plein développement et les projets sont légion.

Quelle a été la genèse du Centre Etre Handicap ?

Le CEH est né de la volonté de certains managers de Siemens de mettre en place un dispositif favorisant la réinsertion dans l’emploi des personnes accidentées de la vie. Au départ, les stagiaires étaient orientés vers nous par le Capemploi95 en partenariat avec le centre de formation CIBC. Mais suite à la perte des financements de l’Agefiph, nous avons dû repenser complètement le dispositif. Par conséquent, nous avons développé un partenariat avec l’ESAT (Etablissement et service d'aide par le travail) Hors-les-murs de Paris-Sarcelles qui met à notre disposition certains salariés de la structure avec un objectif de retour à l’emploi et un projet de formation, et ce depuis juin dernier.

Quels types de mission proposez-vous aux stagiaires de l’ESAT ?

A ce jour, 7 collaborateurs du CEH assurent le standard et le débordement d’appels au sein de Siemens et une personne assure l’accueil physique de notre département formation. Cette nouvelle recrue a commencé par assurer l’accueil physique mais très rapidement, nous lui avons confié des tâches administratives complémentaires. Catherine Broc, la nouvelle responsable du CEH, est arrivée en octobre dernier et elle tient à généraliser cette manière de faire. L’objectif est donc de permettre le retour en milieu ordinaire d’un salarié de l’ESAT mais aussi de participer à sa montée en compétences et à la diversification de celles-ci.

Combien de stagiaires ont été recrutés par Siemens depuis le début du projet ?

Il y a eu deux recrutements au sein du CEH en lui-même, puisque deux de nos collaborateurs sont en CDI, et deux autres recrutements sur le call center de la division médicale. Notre objectif est de pouvoir recruter les salariés de l’ESAT pour lesquels l’expérience s’est bien déroulée. Mais étant donné que Siemens recrute essentiellement entre bac +2 et bac +5 sur des profils techniques, il est souvent difficile de leur trouver des postes en CDD ou CDI. D’où l’intérêt pour nous de travailler avec l’ESAT Hors-les-murs qui cherche, au sein des entreprises partenaires, des tâches et des missions qui peuvent tout à fait être réalisées par des travailleurs en situation de handicap. Dans tous les cas, cela leur apporte une expérience professionnelle valorisable sur le marché de l’emploi, en interne ou à l’externe.

Quels sont vos projets dans les prochains mois ?

Nous devons avant tout pérenniser ce dispositif qui vient d’être relancé et qui est très ambitieux, mais aussi très délicat. Il faut, pierre par pierre, consolider les actions du CEH, valoriser ses succès en interne pour développer de nouveaux partenariats et diversifier notre sourcing. Pour vous donner un exemple, j’ai eu récemment un échange avec le centre de rééducation professionnelle Jean-Pierre Timbaud pour définir la manière de travailler ensemble et d'accueillir leurs stagiaires. Nous voulons aussi diversifier les profils en termes de handicap et proposer les mêmes prestations en province. A plus long terme, l’objectif est aussi de professionnaliser les prestations de ce Centre Etre Handicap et de le proposer à d’autres entreprises que Siemens.



Propos recueillis par Fiona Collienne

 

Vous cherchez un poste dans l'informatique ou l'ingénierie ? Rendez vous sur HandiEnergie.fr